La récession est presque inéluctable en raison des mesures prises pour lutter contre la pandémie du coronavirus. Cette crise sanitaire a eu un impact majeur sur la mondialisation, la politique et les systèmes de santé, ainsi que sur l’économie. Depuis la grippe espagnole de 1918, le coronavirus est la première pandémie mondiale a avoir causé de très grands dégâts sur le plan financier, et humain. La mobilisation de capitaux étant le premier critère en venir à bout de cette crise, comment faire pour relancer l’économie après la crise sanitaire ?

2020 : récession inévitable pour l’Europe

En Europe, l’économie a radicalement changé depuis que l’Italie et l’Espagne ont été complètement bloquées. Les frontières et les entreprises sont fermées, notamment les industries de l’automobile, les produits de luxe, le tourisme, le transport aérien. Tous les domaines et secteurs ne sont pas épargnés par le virus, ce qui impact très négativement l’économie. Également, sans la coordination des dirigeants européens et du G20, la bourse s’est égarée dans le contexte de la crise pétrolière.
L’Europe tombera certainement en récession cette année 2020 et, au mieux, ne retrouvera la stabilité qu’en 2021.

Les solutions proposées sont la lutte contre les fermetures de frontières et le nouveau protectionnisme, et surtout essayer d’éviter les guerres de devises. Puis, développer une intervention susceptible de prévenir le risque de faillite et réduire la ligne de crédit de l’économie, ce qui signifie donner la priorité à des réductions d’impôts efficaces et des garanties publiques permettant aux banques de financer les entreprises.
La solution « money helicopter » est également souvent mentionnée. Il s’agit de fournir de l’aide financière aux ménages. Les banques centrales peuvent adapter ce concept pour fournir des capitaux directement aux entreprises, ce qui leur permettra de contenir l’impact de la récession économique et de restaurer l’économie sans affecter les finances publiques du pays.