Dernières nouvelles sur l’économie européenne

Même si bon nombre de pays européens ont la possibilité de traverser une grave crise, l’économie européenne n’en est pas autant à l’abri. Les premières données officielles publiées par l’Organisation européenne Eurostat nous montrent que cette année 2020, et probablement jusqu’en 2021 l’ensemble du continent connaisse une grave récession. En effet, dans la zone euro, le PIB se contracte de 3,8 % du mois de janvier à mars, tandis que dans l’UE, il s’est contracté de 3,5 %, ce qui est un véritable record.
Dans l’UE, la richesse est grandement répartie. Par conséquent, les quatre plus grandes économies qui sont l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne représentaient 63,8 % du PIB de l’Union Européenne en 2019. De ce fait, le PIB par habitant indique également un écart très important.

Les répercussions du confinement sont menaçantes

Déjà à la fin du premier trimestre de l’année 2020, tous les pays ayant plus d’une centaine de cas confirmé à cause de la pandémie du Covid-19 ont pris des mesures draconiennes en optant pour le confinement. Après une fin d’année 2019 déjà compliquée au niveau de l’économie, cela suffit à mettre quelques pays en récession. Le PIB de l’Italie a par exemple baissé de 4,7 % de janvier à mars, tandis que celui de la France est de 5,8 %. Ces deux pays sont déjà en récession et ont connu une croissance négative pendant deux trimestres consécutifs.

Tout dépend de plusieurs facteurs, notamment la durée des mesures de confinement et surtout la réponse politique à la pandémie. Le président de la Banque centrale européenne n’exclut pas la détérioration de la situation. Aussi, l’ancien directeur général du Fonds monétaire international insiste sur le fait que la prochaine situation dépendra de la durée du confinement et des mesures politiques ayant pour objectif de réduire l’impact économique sur les entreprises.