Home Blog Page 2

Cac 40 pour les nuls

0

Lorsqu’on parle de Cotation Assistée en Continu ou Cac, on doit d’abord définir de quel Cac il s’agit. Il y a par exemple le Cac large 60, le Cac mid 60, le Cac mid and small, le Cac next 20, le Cac all tradable, etc. Ce qui nous intéresse est précisément de l’indice Cac 40 qui est représentatif des 40 plus grosses valeurs françaises cotées sur les marchés financiers.

Histoire du Cac 40

L’indice Cac 40 existe depuis le 31 décembre 1987, et a commencé à coter à partir du 15 juin 1988. La première notation de points du Cac 40 étaient de 1000 points, actuellement elle en vaut plus de 5000. La création du Cac 40 par les agents de change s’est faite notamment suite au crash boursier de 1987 qui a entraîné le monopole des transactions boursières. Après la loi no 88-70 du 22 janvier 1988, les sociétés de bourse en pris le relais, et c’est ainsi que l’acronyme Compagnie des agents de change s’est changé en Cotation Assistée en Continu.

Comment est calculé l’indice du Cac 40 ?

Le calcul du Cac 40 se fait en fonction de la capitalisation boursière des 40 entreprises qui le compose. Pour être plus précis, le calcul se fait par rapport à la capitalisation du flottant. Il s’agit des actions disponibles sur le marché, qui d’ailleurs ne sont pas détenus par l’État ou encore par un actionnaire qui détient plus de 5 % des actions d’une entreprise.

Comment acheter ou vendre l’indice Cac 40 ?

La première option est d’acheter les 40 actions qui composent l’indice. Actuellement les marchés se sont grandement développés et se sont démocratisés, et il y aussi beaucoup de supports et de produits permettant de vendre ou d’acheter le Cac 40, ce qui est nettement recommandé que d’acheter ou de vendre une par une les 40 actions.
Tout dépend du style de trading, le capital, les sous-jacents de son choix, etc.

À noter qu’investir sur le Cac 40 depuis le début peut ne rien changer sur les points, vu qu’il est plus de 5000 aujourd’hui. C’est surtout à cause de la notion des dividendes. Si le Cac 40 baisse ou augment, c’est également à cause de la loi de l’offre et de la demande.

Banque de France : en quête de stabilité financière

0

La stabilité financière est une situation dans laquelle le système financier fonctionne de manière efficace et fiable afin de résister aux chocs susceptibles de l’affecter. La banque de France est en permanence à la recherche de solutions afin d’atteindre cette stabilité financière.

Surveillance étroite des marchés financiers

Une équipe d’économistes professionnels est à la disposition de la Banque de France, chargés d’analyser et d’étudier tous les aspects du fonctionnement du marché financier et de l’émergence ou de la matérialisation de risques pouvant causer des dommages.

La Banque de France participe également à tous les travaux d’organisations internationales qui visent à promouvoir et surtout à renforcer la stabilité financière mondiale et européenne, comme le Conseil de stabilité financière (affilié au G20) ou le Comité du risque systémique. (Organisation sous l’Union européenne).

Supervision des infrastructures et des modes de paiement du marché financier français

La Banque de France dispose de pouvoirs très étendus en ce qui concerne la surveillance des infrastructures des marchés financiers français. Cette mission de surveillance consiste principalement à assurer la sécurité des méthodes de paiement sans numéraire, ou encore à assurer le fonctionnement normal et la sécurité du système de paiement et à assurer la sécurité du système de compensation.

Également, la Banque de France est impliquée dans la création et la gestion des principales infrastructures techniques du système euro.

Participation à la surveillance prudentielle

Le président de la Banque de France préside l’agence de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), chargée par la loi de vérifier que les établissements de crédit, les compagnies d’assurance et la société commune respectent les règles prudentielles qui leur sont applicables.

Afin de remplir sa mission, l’ACPR bénéficie du personnel et des moyens logistiques mis à disposition par la Banque de France.

Guide pour faire une étude de marché

0

L’étude de marché est l’une des étapes clés pour la réussite d’un business et d’un business plan. En effet, il est toujours important de déterminer le marché sur lequel on souhaite établir un business. Autrement dit, vendre un produit ou service.

Les étapes essentielles d’une étude de marché

Définition des objectifs

Avant de faire quoi que ce soit, il est primordial de comprendre les objectifs du marché. Pour cela, il faut déterminer la nature du marché et ses tendances, trouver la clientèle ciblée et enfin localiser tous les concurrents.

Collecte des données

Dans toute étude de marché la collecte des données se fait via des méthodes d’étude sur terrain ou méthodes d’étude en ligne. L’avantage de la méthode en ligne est le fait de pouvoir obtenir rapidement des données sur le potentiel réel d’une activité, ou encore pouvoir atteindre un plus grand panel de zone géographique.

Analyse des résultats

Pour bien analyser les résultats, plusieurs méthodes de calcul peuvent être utilisées, notamment les statistiques, les courbes, les tableaux, etc. Grâce à cette analyse, on pourra plus facilement estimer le chiffre d’affaires prévisionnel, qui est d’ailleurs une donnée très essentielle.

Réaction du rapport

L’objectif principal du document est de mettre en évidence les résultats de la recherche ainsi que les recommandations pour le marché.

Structure d’une étude de marché

S’agissant d’un document très important, il convient de bien le soigner en ajoutant une bonne structure au document. Une étude de marché doit contenir ces 3 points :

  • Une page de présentation
  • Une synthèse du projet
  • Les résultats de l’étude de marché

Finance d’entreprise : 3 métiers à privilégier

0

Pour un parcours finance comptabilité, les débouchés sont nombreux. Ces métiers concernant la finance d’entreprise seront essentiels dans les années à venir, même si elles seront particulièrement axées sur le contrôle, le reporting, l’analyse et la mise en forme d’informations de plus en plus riches et complexes.

Les métiers sur la finance d’entreprise les plus cool

Métiers de direction

Ils couvrent plusieurs métiers dont le directeur administratif qui a un salaire annuel compris entre 45 et 70 000 €, et est responsable de la bonne administration et de la gestion financière de l’entreprise. Le directeur financer et administratif contrôle la bonne exécution des politiques et procédures définies par les directeurs généraux et coordonne les services dont il est responsable.
Le salaire annuel du directeur financier est compris entre 60 et 130 000 euros et est responsable de toutes les fonctions comptables, de gestion, de finance, de fiscalité et de communication financière.
Le salaire du directeur comptable est compris entre 55 et 90 000 euros et la fiabilité des comptes sociaux et consolidés de la société ou du groupe est garantie selon les critères retenus par la direction ou l’équipe de reporting.

Métiers de la finance

On parle de directeur de crédit, superviseur de la communication financière, trésorier, superviseur des normes comptables et expert fiscal.
Le salaire annuel d’un crédit manager est compris entre 35 et 45 000 euros et est chargé de la gestion des risques clients.
Le responsable de la communication financière perçoit un salaire annuel de 30 000 euros et 50 000 euros, et est chargé de gérer la relation entre l’entreprise et les actionnaires, les investisseurs et l’ensemble de la communauté financière.
Les revenus du superviseur financier sont compris entre 35 et 60 000 euros et garantissent la liquidité quotidienne de l’entreprise.
Le salaire d’un fiscaliste est compris entre 35 et 50 000 euros, ce qui permet d’assurer la meilleure application du cadre juridique et financier de l’entreprise, de respecter les lois en vigueur et de créer de la valeur pour l’entreprise.

Métiers de la comptabilité

On parle de directeur comptable et consolidation.
Le responsable comptable gagne entre 30 et 60 000 €. Il se charge de la préparation et du contrôle des états financiers de la société, relatifs aux tiers et de l’application des normes comptables.
Le salaire annuel du consolidateur est de 40 à 70 000 euros. Il présente les états financiers d’un groupe, traduit fidèlement sa réalité économique, retraite et coordonne, selon les normes internationales, les données comptables et de gestion fournies dans les reportings.

Dernières nouvelles sur l’économie européenne

0

Même si bon nombre de pays européens ont la possibilité de traverser une grave crise, l’économie européenne n’en est pas autant à l’abri. Les premières données officielles publiées par l’Organisation européenne Eurostat nous montrent que cette année 2020, et probablement jusqu’en 2021 l’ensemble du continent connaisse une grave récession. En effet, dans la zone euro, le PIB se contracte de 3,8 % du mois de janvier à mars, tandis que dans l’UE, il s’est contracté de 3,5 %, ce qui est un véritable record.
Dans l’UE, la richesse est grandement répartie. Par conséquent, les quatre plus grandes économies qui sont l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne représentaient 63,8 % du PIB de l’Union Européenne en 2019. De ce fait, le PIB par habitant indique également un écart très important.

Les répercussions du confinement sont menaçantes

Déjà à la fin du premier trimestre de l’année 2020, tous les pays ayant plus d’une centaine de cas confirmé à cause de la pandémie du Covid-19 ont pris des mesures draconiennes en optant pour le confinement. Après une fin d’année 2019 déjà compliquée au niveau de l’économie, cela suffit à mettre quelques pays en récession. Le PIB de l’Italie a par exemple baissé de 4,7 % de janvier à mars, tandis que celui de la France est de 5,8 %. Ces deux pays sont déjà en récession et ont connu une croissance négative pendant deux trimestres consécutifs.

Tout dépend de plusieurs facteurs, notamment la durée des mesures de confinement et surtout la réponse politique à la pandémie. Le président de la Banque centrale européenne n’exclut pas la détérioration de la situation. Aussi, l’ancien directeur général du Fonds monétaire international insiste sur le fait que la prochaine situation dépendra de la durée du confinement et des mesures politiques ayant pour objectif de réduire l’impact économique sur les entreprises.

Les risques qui menacent les entreprises

0

Chaque startup, entreprise est exposée à des risques qui peuvent menacer sa réussite. Le monde économique dans lequel on vit se développe à vitesse grand V, de sorte qu’il est parfois difficile de trouver notre propre direction, car parfois l’indice de référence s’inverse en quelques mois seulement. Les conséquences sont parfois des facteurs difficiles à évaluer à court et à long terme.
Comment développer une stratégie de croissance à moyen terme pour une entreprise dans un monde en constante perturbation ?

Les risques à ne pas négliger

Les risques juridiques

Ce n’est pas un scoop ! Le droit est instable ! En effet, chaque jour, la législation engendre de nouvelles lois, des promulgations, des amendements et autres lois que personne ne devrait ignorer. Cependant, il est clair que nos connaissances juridiques peuvent ne pas enregistrer de telles connaissances détaillées quotidiennement, d’où l’intérêt de faire quelques mis à jour de connaissances juridiques de temps en temps en suivant les actualités, les journaux, être attentif aux bouches à oreilles, etc. De ce fait, mettre en place un contrôle juridique au sein de l’entreprise reste la meilleure des solutions.

Risques financiers et opérationnels

Les risques financiers sont liés à la structure financière de l’entreprise, aux transactions effectuées par l’entreprise et au système financier établi. Cependant, l’identification des risques financiers implique de vérifier toutes les opérations financières quotidiennes, en particulier les liquidités. Les risques financiers doivent tenir compte de facteurs externes, par exemple les taux d’intérêt ou les taux de change. En ce qui concerne les risques opérationnels, on parle notamment de recrutement, les systèmes de TI, la règlementation, le conseil d’administration, la chaîne d’approvisionnement.

Les interruptions d’activité

Les changements climatiques font partie des fléaux naturels les plus courants. Toutefois, il y a également les maladies virales à grandes échelles comme la pandémie du Covid-19 susceptibles d’engendrer une récession. Les pertes financières dépendent toujours de l’envergure de l’envergure de la catastrophe. On peut par exemple citer les 130 milliards de perte à cause d’Irma, Harvey ou Maria, des ouragans très catastrophiques. D’autres facteurs peuvent également entraîner une interruption des activités d’une entreprise. À part les fléaux naturels, il y a également les cyber-incidents, les bouleversements géopolitiques, etc.